La Galerie des illustres – A

La Galerie des Illustres

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

ABERDEEN (Saint Avertin)  – Avertin, nom francisé d’Aberdeen.

(?, Ecosse – 1189 ?, Saint – Avertin [37])

Moine écossais disciple de Thomas Beckett (saint Thomas de Cantorbery)
Curé de Saint – Avertin 

Avertin serait né au XIIe siècle en Grande-Bretagne, de parents nobles et très religieux.
il accompagna Thomas Beckett au concile de Tours en 1163.
Après la mort de Thomas Becket en 1170, Avertin reprit une vie d’ermite en Touraine, puis serait devenu curé de Vençay (aujourd’hui Saint-Avertin) où il serait mort et enterré en 1180 ou 1189

Le saint était souvent invoqué pour les maux de tête, mais parfois aussi contre la dysenterie.
La commune de Vençay prend le nom de Saint-Avertin en 1371.

ADAM Henri

(24 novembre 1904, Revin [08] – 10 septembre 1959, Saint – Avertin [37])

Maire de Saint – Avertin
Fils de Jules Albert ADAM (Fondeur) et de Sophie FIERS
Henri Adam est né à Revin, dans les Ardennes, à 4 km de la frontière belge. Son père, Albert, possédait à Revins une entreprise de fonderie. Après la guerre de 14, le jeune Henri apprit le métier auprès de son père. Le 25 avril 1927, Henri épouse Bélisante Raucourt à Revin. Ils eurent deux enfants: Claude, le fils (l’aîné) et Colette. En septembre 1939, Albert n’est pas très chaud à l’idée de rester en territoire exposé et de voir sa famille aussi malheureuse qu’en 1914. Mais pour aller où ?
Sa belle-fille lui vante les mérites de la Touraine et voilà toute la famille Adam partant pour cette destination.

Mobilisé, Henri doit quitter les siens et rejoindre son affectation à Bourges. Ses compétences sont utilisées dans une usine d’armement. Fuyant la progression des Allemands, il rejoint les aciéries situées près d’Alès, dans le Gard.
Mais rien n’arrête l’avancée ennemie. Henri tente de passer en Espagne ; il est refoulé à la frontière. Il se cache et, après être resté sans pouvoir donner de ses nouvelles durant plusieurs mois, réapparaît à l’automne 1940 au milieu de siens réfugiés en Vendée.
De retour à Saint-Avertin, Henri loue la propriété Teinturier, située sur le secteur de la Singerie (aujourd’hui rue des Cigognes) et loue en face des terrains appartenant au maire, Léon Brulon. Il y installe son usine de perceuses.
Désormais, la vie de la famille Adam devient inséparable de la cité qui les accueillit. Un troisième enfant naît à Saint-Avertin : Marie-Joseph. En 1957, Henri perd ses parents, il prend donc la direction des usines familiales (Saint-Avertin et Revin), ces activités l’occupent beaucoup. Et, de plus, depuis dix ans, il est maire de Saint-Avertin.
Dans la nuit du 9 au 10 septembre 1959, dans sa 55 ème année, Henri Adam, était subitement terrassé par un infarctus.

Résidence : les Cigognes

ANDIGNE D’ 

(1200 – 1400)

Propriétaires du Château de Cangé

 

 

Résidence : Cangé

ANDRÉ Alexandre Marin

(21 mai 1848, Château-Renault [37] – 08 novembre 1918, Saint – Avertin [37])

Maire de Saint – Avertin 1911 – 1918
Fils de Marin ANDRE (Charpentier) et Marguerite JAGLIN

Résidence : Bellevue Saint – Michel

ANDRÉ Édouard

(17 juillet 1840, Bourges [18] – 25 octobre 1911, Bléré la Croix [37])

Architecte, Paysagiste créateur du parc des Buttes Chaumont
Fils de Charles ANDRE (pépiniériste) et d’ Anne VILNAT
Edouard André est sans aucun doute le paysagiste français le plus célèbre du XIX ème siècle, Edouard André est à l’origine de la conception de plusieurs centaines de jardins situés sur plusieurs continents, et s’il fut un journaliste horticole de premier plan, il est aussi le ” découvreur ” de cette plante si belle, l’Anthurium Andreanum, connue aussi sous le nom de ” Flamant rose ” ou ” Langue de feu “. En Indre-et-Loire, il travaille entre autres pour le château de Beauvais et celui du Coteau à Azay-sur-Cher, le Parc de Baudry à Cérelles, le Parc du Mousseau à Orbigny et de La Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire. Édouard André fit l’acquisition en 1871 d’une propriété à La Croix-en-Touraine (Indre et Loire). Il désira d’y créer une structure où expérimenter ses propres méthodes, tant en matière d’aménagement qu’en botanique et en horticulture. Le parc, espace naturel sensible d’une superficie d’un peu plus de deux hectares, propriété de la ville de La Croix-en-Touraine, est ouvert au public depuis

ANDRÉ Victor Georges

(1 er février 1877, Saint – Avertin [37] – 1 er décembre 1938, Cormery [37])

Avocat, Juge, Officier, Chevalier de la Légion d’Honneur
Fils de Victor ANDRE (Charcutier) et Eugénie DUBOIS

Résidence : Rue de Rochepinard (Grande Rue)

 

 

error: Contenu protégé