La Galerie des illustres – V

La Galerie des Illustres

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

VALLENCE ou (de) VALENCE Pierre

(? – mai 1518, Tours [37]

Architecte maître d’œuvre, sculpteur, peintre, émailleur et hydraulicien,
On ne connait pas sa région d’origine. Au début du XVI ème siècle, on le trouve architecte du chapitre de Saint-Gatien ou il travaille pour Jehan Durand, maître d’œuvre de la cathédrale, aux travaux de la grosse tour. Ayant une certaine notoriété, il est appelé  à Rouen par le cardinal Georges d’Amboise. En 1502-1503 il est chargé de travaux au palais archiépiscopal de Rouen avec notamment  un pavé émaillé pour la galerie du jardin,  le jardinier Guillaume Cornehaut ayant élaboré le « plaisant jardin » agrémenté de statues de Pierre de Vallence. De même, dans la ville de Rouen, il organise un réseau de fontaines. Comme fontainier Pierre de Valence est appelé comme expert ou maître d’œuvre à Tours et Blois.
Georges d’Amboise l’envoie aussi sur le chantier de Gaillon,  il dirige la sculpture des lambris de la grande galerie du jardin, de ceux de la chapelle et de la chambre du lydieu. il entreprend la conduite des eaux du château de Gaillon et installe au centre de la cour d’honneur une splendide fontaine en marbre à deux vasques (don de la république de Venise). Celle fut transportée de Gênes à Honfleur par mer, puis de Honfleur à Gaillon, en passant par Rouen, par la Seine. Elle arriva au château en septembre 1506. La pose, avec l’aide de Bertrand de Meynal un Génois responsable du transport de la fontaine en France, fut achevée le 1er mai 1508.
En 1507, il fut appelé à Tours pour y diriger les travaux des fontaines de Beaune, de Foire-le-Roi et de Saint-Hilaire et ceux relatifs à la conduite des eaux de Saint – Avertin à Tours, en passant sous le lit du Cher, et aux réser­voirs à établir dans la ville. Ces travaux furent commencés le 4 janvier 1507 et furent exécutés de 1507 à 1512.
A Blois entre 1511 et 1512, Il réalise d’importants aménagements en implantant un système hydraulique capable d’alimenter les fontaines de la ville. Situé rue du Gouffre, ce réservoir était alimenté par la nappe phréatique et les eaux de ruissellement. L’eau était ensuite distribuée dans les fontaines de la ville. D’une profondeur de sept mètres, le Gouffre s’étend sur plusieurs galeries souterraines. Le fontainier Pierre de Valence remplace la tuyauterie en plomb par des canalisations en terre cuite, et recouvre le réservoir d’un kiosque en pierre.
En 1516, on lui propose d’être l’architecte du Tombeau de Georges d’Amboise. Il refuse ce travail car il dirige les travaux de décoration pour l’entrée solennelle de François 1 er à Tours. On suppose qu’il meurt en 1518 car jusqu’à cette date il reçoit des appointements comme hydraulicien de la ville de Tours.

VALLENCE Germain

(? – mars 1525, Tours [37]

Architecte maître d’œuvre hydraulicien, Peintre
fils du précédent, il travaille d’abord avec son père au château de Gaillon, de 1505 à 1510; puis, en 1511, aux fontaines de Tours, et en 1516 pour l’entrée solennelle de François 1 er. En 1518, à la mort de celui-ci, il fut chargé, comme architecte hydraulicien, de la garde et de l’entretien des fontaines de cette ville. En 1520, il faisait de grandes réparations à celles du grand marché et de Saint-Hilaire.

résidence : Paroisse Saint-Pierre des Corps, à Tours

VALLENCE Michel

(? – mars 1539, Tours [37]

Architecte maître d’œuvre hydraulicien, Peintre
frère du précédent, lui succède dans sa charge de maître fontainier du roi au Château du Plessis, en 1525. Précédemment son nom est cité en 1516, dans le registre particulier des dépenses faites par la ville de Tours pour les apprêts de l’entrée solennelle de François 1 er. Dans les comptes de la construction du château de Fontainebleau, Michel Vallence figure pour des travaux de peinture décorative depuis l’année 1527 jusqu’en 1538. 

résidence : Paroisse Saint-Pierre des Corps, à Tours

VALLENCE François

(? – 1572, Tours [37]

Artiste Peintre
Certainement affilié aux précédents. Il est employé aux travaux du château de Fontainebleau à diverses reprises entre les années 1540 et 1550.
Les comptes municipaux de Tours citent également son nom à l’occasion de l’entrée solennelle du roi François II et de Marie Stuart en 1560.

résidence : Paroisse Saint-Pierre des Corps, à Tours,

VAN XUAN  Nguyhễn

(3 avril 1892, Truong Tho [Cochinchine] – 14 janvier 1989, Nice [06]

Militaire (Général Armée Française) et homme politique vietnamien.
Commandeur de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 14/18.

fils d’un fonctionnaire vietnamien de l’administration coloniale française, successivement instituteur puis salarié de la mairie de Saïgon ; sa famille est naturalisée française en 1896.
Après des études à Saïgon puis en Algérie, il est le premier Vietnamien admis à l’École polytechnique à Paris (1912). Intégrant l’armée française comme sous-lieutenant pendant la Première Guerre mondiale, il participe à la bataille de Verdun. Il poursuit sa carrière militaire, jusqu’au grade de colonel. Membre du cabinet du ministre des Colonies Georges Mandel, il est mobilisé en métropole (1939-1945) et revient en Indochine, où il se montre réservé vis-à-vis de l’administration vichyste. Lors du coup de force japonais (9 mars 1945), il participe à la défense de la citadelle d’Hanoï puis est envoyé dans un camp de prisonniers. Partisan de la réunion des trois territoires vietnamiens (à l’époque Annam, Tonkin et Cochinchine), il encourage la nationalisation de la Banque de l’Indochine. Alors que les Français s’orientent vers une solution de réunification du Viêt Nam sous l’égide de l’ex-empereur Bảo Đại (1947), il parvient à obtenir de remplacer Lê Văn Hoạch à la tête du gouvernement cochinchinois, qu’il rebaptise gouvernement provisoire du Sud Viêt Nam.
Général de brigade et premier général vietnamien de l’armée française (promu général de division en 1949), il forme le gouvernement central provisoire du Viêt Nam qu’il présente à Bảo Đại (1948). Il signe ensuite un protocole avec la France où sont évoquées l’« indépendance » et l’« unité ». Nommé vice-président du conseil des ministres de Bảo Đại, il se retire en France auprès de sa famille.  Revenu au Viêt Nam (1954), il exerce de nouveau les fonctions de vice-président du Conseil et ministre de la Défense dans le gouvernement de Ngô Dinh Diêm. Après la prise de pouvoir de ce dernier, il part pour la France, où il continue ensuite d’entretenir des relations avec des exilés politiques vietnamiens.

Résidence : les Rives

VENIEN  Théophane (Vienne ) nom de code Résistant

(30 juillet 1897, Smarves [86] – 24 janvier 1945, Flossenburg [Allemagne])

Résistant, Chevalier de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 39/45, Croix des services militaires volontaires
ingénieur en chef de la ville de Tours – directeur service de la voirie et des eaux.
Il est entré au réseau CND-Castille en novembre 1942. Le 10 mars 1943, il entre dans “le réseau BOA (Bureau des Opérations Aériennes)” de la région M.  Il est arrêté par la Gestapo le 23 septembre 1943 à son bureau de la mairie de Tours. Il est déporté à Flossenburg le 27 avril 1944.

Résidence : la Sauveté

VIOT-PRUDHOMME Edmond

(24 mars 1774, Tours [37] – 14 mars 1855, Tours [37])

Conseiller d’arrondissement de Tours, Adjoint au maire de Tours (1828-1830), Maire de Saint – Avertin (24 janvier 1819 – 8 avril 1828)
Négociant
Fils d’Alexandre Viot-Desormes (négociant et juge consul de Tours) et de Jeanne Chapelot

Résidence : Cangé

 

error: Contenu protégé