Actualités / Agenda

Agenda

Avr
1
sam
Fourmis # Tours
Avr 1 2017 – Mar 10 2019 Journée entière

 

Prolongation

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le plus célèbre des insectes sociaux. Une exposition destinée au grand public avec la présentation de nombreuses colonies européennes et exotiques

 

Oct
1
lun
« Rendez-vous Patrimoine Tours ». # Tours
Oct 1 2018 – Mar 31 2019 Journée entière

 

De nombreuses animations à la découverte du Patrimoine
Ces animations sont payantes et la réservation est conseillée auprès de l’Office du Tourisme

Programme des Visites : 

Programme d’Octobre 2018 à Mars 2019

Oct
26
ven
Jean-Pierre CONIN # Tours
Oct 26 2018 – Jan 20 2019 Journée entière

 

ouvert du mardi au dimanche de 14 h 00 à 18 h 00
fermeture exceptionnelle les 1 er et 11 novembre, 25 décembre et 1 er janvier 2019
Jean-Pierre Conin a fait des études de dessins au Beaux-Arts de Tours avec pour professeur Paul Guimezanes (prix de Rome de gravure) qui lui a enseigné la différence entre voir et regarder, et à être critique et exigeant ; A dix-huit ans, il avait deux passions : le dessin et le théâtre.
Il a suivi ces deux voies en même temps : comédien, décorateur, assistant metteur en scène, costumier, éclairagiste et créateur lumières, puis régisseur général de théâtre et responsable de programmation théâtrale…
Parallèlement, il n’a jamais cessé de dessiner depuis cinquante ans. Discret, modeste et solitaire, il dessine dans son petit atelier, généralement tard le soir, et montre son travail quand on accepte d’exposer cet original, hors normes, étranger à tout phénomène de mode.Jean-Pierre Conin sera présent pour une visite commentée de l’exposition « Dessins » de 15 h 00 à 17 h 30

mercredi 7 novembre 2018
mercredi 21 novembre 2018
dimanche 19 décembre 2018
mercredi 16 janvier 2019

Nov
16
ven
Fragments – Transit – Disconnected # Tours
Nov 16 2018 – Juil 21 2019 Journée entière

Ouvert tous les jours, sauf le mardi De 9 h 00 à 12 h 45 et de 14 h 00 à 18 h 00
Fermé le 1 er janvier, 1 er mai, 14 juillet, 1 er et 11 novembre, 25 décembre

Cet ensemble, composé de quatre grandes toiles et de cinq pastels, complète une première donation faite en 2000. Rappelons que Tours est la ville natale d’Isabelle Champion Métadier, qui a été élève à l’École des beaux-arts de cette même ville avant de poursuivre sa formation à Paris, à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Entre juin et septembre 1990, l’artiste a résidé dans une villa située au Cap Brun, dans le Var, où elle a exécuté une série de sept grandes œuvres, sous le titre générique Fragments (toutes de mêmes dimensions : H. 150; L. 275 cm). Conformément à sa pratique de l’époque, l’artiste a utilisé pour leur réalisation un mélange de résine acrylique et de pigments naturels qu’elle broyait, à la recherche de nuances précises : rouge vermillon, orangé de cadmium, jaune fluorescent, rose saumon, vert pâle, bleu d’outremer, différents gris… Sur ces couleurs vibrantes et fortes, viennent se placer des motifs puisés dans l’environnement naturel de cette villa du Cap Brun : pins méditerranéens aux formes variées, ifs, fruits (poires, citrons, cerises, raisin…), ainsi que des délimitations géométriques et des cadrages.

 

Nov
17
sam
Koen Wessing # Tours
Nov 17 2018 – Juin 3 2019 Journée entière

ouvert du mardi au dimanche de 14 h 00 à 18 h 00
fermeture exceptionnelle les 1 er et 11 novembre, 25 décembre et 1 er janvier 2019

Koen Wessing a témoigné dans son travail de l’histoire de l’après-guerre : la décolonisation, la violence et la barbarie en Amérique latine, la désintégration du bloc soviétique, la guerre en Yougoslavie, l’apartheid en Afrique du Sud ou encore la résurgence de la Chine.
Dans l’exposition « Koen Wessing. L’Image indélébile », le Jeu de Paume – Château de Tours présente un ensemble de 80 tirages, ainsi que des projections et un entretien filmé avec le cinéaste et directeur de la photographie néerlandais Kees Hin.

Koen Wessing naît à Amsterdam, en 1942, sous l’occupation allemande. Son père, Han Wessing, est architecte d’intérieur ; sa mère, Eva Eisenloeffel, sculptrice. Il meurt en 2011, à la veille d’un voyage au Chili. Très malade, il souhaitait se rendre au vernissage d’« Imágenes Indelebles / Indelible Images », exposition présentant pour la première fois à Santiago du Chili ses célèbres photographies du coup d’État militaire de 1973 et du renversement du gouvernement de Salvador Allende.

Koen Wessing a grandi après guerre dans un milieu d’intellectuels néerlandais. Nombreux sont les gens de sa génération à avoir été fortement sensibilisés à la violence, à la misère et au génocide qui avaient pris fin immédiatement avant ou après leur naissance, et à avoir été éduqués dans la pensée de la reconstruction, de la résilience, de l’optimisme et du progrès social qui caractérisèrent les années de leur adolescence.
Plusieurs grands photographes avaient contribué à la production de faux papiers au bénéfice des juifs cachés, ou réalisé des photographies déchirantes du dernier hiver de la Seconde Guerre mondiale, l’« hiver de la faim », famine au cours de laquelle moururent des milliers de Néerlandais. Tel était l’essentiel de la photographie documentaire publiée à l’époque dans la presse, parallèlement à la photographie qui travaillait à la gloire de la reconstruction des Pays-Bas. Ces deux genres s’enracinaient profondément dans la nouvelle photographie qui avait émergé dans l’entre-deux guerres.
Une génération plus jeune de photographes néerlandais, Ed van der Elsken, son épouse hongroise Ata Kandó, Johan van der Keuken et bien d’autres, entreprennent à cette époque de voyager et de travailler à l’étranger, tandis que Wessing apprend son métier de photographe en autodidacte, assistant durant deux ans Ed van der Elsken dans son travail.
Globe-trotter né, Koen Wessing commence par sillonner l’Europe en auto-stop ; plus tard, il finance fréquemment ses voyages en empruntant de l’argent, se rendant là où il se sent appelé à aller. En mai 1968, c’est à Paris. En 1969, il prend des photographies dans Het Maagdenhuis, le centre administratif occupé de l’Université d’Amsterdam, et construit une passerelle provisoire surplombant une ruelle entre le bâtiment universitaire et un immeuble voisin pour contourner le blocus organisé par la police et faire passer ses rouleaux de pellicule. Cette anecdote deviendra légendaire.
Comme ces mots célèbres qu’on n’oublie plus une fois qu’on les a lus, certaines des images de Wessing restent gravées dans la mémoire dès lors qu’on les a vues, ne paraissant pas porter sur un instant particulier du passé, mais sur quelque chose de plus universel. Ses photos nous montrent les « damnés de la terre », sans toutefois les déshumaniser, sans leur assigner un rôle de victime : ils demeurent nos semblables. Souvent, Koen Wessing part à la recherche de ceux qui pleurent les morts qu’il a croisés, ou de ceux qui tentent de retrouver leurs « disparus ».

Nov
30
ven
La peinture comme identité de Jean-Claude Lethiais # Tours
Nov 30 2018 – Fév 10 2019 Journée entière

ouvert du mardi au dimanche de 14 h 00 à 18 h 00
fermeture exceptionnelle les 1 er et 11 novembre, 25 décembre et 1 er janvier 2019

En regardant la peinture de Jean-Claude Lethiais, je ne peux m’empêcher d’évoquer ces décennies qui ont permis l’évolution naturelle d’une nouvelle conception de la peinture, cette révolution qu’est l’abstraction.
Force est de constater que depuis lors, les principales découvertes esthétiques et plastiques, générées par nombre d’artistes au tempérament bien trempé, sont nées de ce creuset. Certains, disparus depuis, n’avaient sans doute pas compris la direction juste: celle de l’innovation, de l’invention sous-tendue par un esprit libre et indépendant. La liberté, voilà la plus merveilleuse source du langage pictural abstrait, à quoi viennent s’ajouter, bien sûr, d’autres possibilités majeures graphiques et chromatiques. Tout cela crée un langage qui, comme ici, doit être fort et sensible à la fois.
L’instinct guide la main, éloignant toute superficialité. Le crayon, le pastel et l’acrylique conduisent du signe au geste, de l’écriture initiale, sur la toile, jusqu’aux fluidités de la peinture. L’œuvre se construit savamment. Les moyens utilisés ici, contribuent à nous faire comprendre que le rôle donné par Jean-Claude Lethiais aux formes qu’il crée se joue dans un poème. C’est tout cela que vit l’artiste, héros intuitif et expressif de ses propres angoisses.

Déc
1
sam
« 15 easy short films » de Franck Scurti # Tours
Déc 1 2018 – Mar 10 2019 Journée entière

Le CCC OD est heureux d’accueillir Franck Scurti pour une nouvelle exposition personnelle, seconde invitation du centre d’art de Tours après la monographie qui lui fut consacrée en 1997. L’artiste investit la galerie noire avec un projet inédit qui met en lumière son œuvre vidéo. Il porte un regard actualisé sur cette partie bien précise de sa production. 
Réunies pour la première fois au sein d’un dispositif original, toutes les vidéos dessinent un nouveau récit qui procéde comme toujours chez Franck Scurti, par association de sens et d’idées. L’angle choisi ici est inhabituel, voire délibérément antinomique pour aborder l’œuvre de cet artiste qui ne privilégie habituellement aucun médium par rapport à un autre. 
En effet, l’artiste s’emploie depuis le milieu des années 90 à déstabiliser la question du style et celles de l’auteur tout en dissociant les notions de productions et de création inhérentes à l’idéologie du projet en art. En nivelant les signes du quotidien et ceux de la haute culture, l’artiste tente aussi d’en redéfinir les hiérarchies et les valeurs.
L’artiste a réalisé à ce jour une vingtaine de vidéos, dont certaines ont été particulièrement remarquées, comme “Dirty car”, “Colors” ou “La Linea (Tractatus Logico-Economicus)”. Présenté quasi intégralement dans l’exposition, ce corpus produit principalement entre 1997 et 2003 correspond à une période particulière de son travail, un moment de remise en question de sa pratique artistique.
Envisagée comme un médium léger et rapide, la vidéo lui permit de sortir de l’atelier pour étendre et traduire ses préoccupations plastiques. Muni d’une caméra, l’artiste investit alors la rue, déambule dans les villes, il observe et capte les détails de la vie urbaine afin d’en livrer une vision proprement sculpturale. A ce moment-là, il s’intéresse également aux images médiatiques, qu’il emprunte et qu’il réinvestit en évoquant des formes picturales. Franck Scurti arrêtera cette période intensive de vidéo en 2003, dès lors qu’il retrouvera l’atelier avec un nouvel élan et renouera avec les pratiques sculpturale ou picturale qu’il y avait délaissées.

 

Déc
7
ven
Temps des Reines -Terre sacrée # Tours
Déc 7 2018 – Jan 25 2019 Journée entière

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 14 h 30 à 19 h 00
et le mercredi, vendredi et samedi de 10 h 30 à 12 h 30, ainsi que sur rendez-vous.

Le temps des Reines est une nouvelle exposition collective réunissant le meilleur de la création actuelle – peinture, dessin, gravure, céramique – avec une sélection originale des 15 artistes représentés par la galerie. Cette exposition d’une grande diversité artistique est l’opportunité de découvrir des oeuvres de qualité à offrir ou à s’offrir dans tous les formats.

Terre sacrée est une exposition d’art sacré ancien provenant des différentes traditions spirituelles de l’humanité : statues, objets rituels, pièces reliquaires, thangkas, curiosités. Vous découvrirez une collection d’objets précieux nous rappelant à l’essentiel et dont la seule présence peut-être une source de joie, de sérénité, de contemplation et d’une grande inspiration pour votre existence.

Jan
1
mar
Découverte des serres # Tours
Jan 1 – Déc 31 Journée entière

Toute l’année durant, du lundi au vendredi entre 14h et 16h (dernier départ).
Des visites-découvertes des serres de collection « Biodivers » peuvent se faire avec un accompagnement commenté et des explications gratuites.
Il s’agit d’une formule pouvant permettre aux visiteurs de mieux faire connaissance avec le milieu tropical et la flore d’Afrique du Sud présentés : plantes utiles, orchidées, plantes cailloux et beaucoup d’autres extraordinaires.
Ces accompagnements ne sont possibles que lorsque le nombre de visiteurs dans les serres n’est pas « trop » important.

Jan
2
mer
Exposition « Les plumes de nos jardins » # Chambray lès Tours
Jan 2 – Jan 30 Journée entière

Heures d’ouverture de la médiathèque

L’association photographique « Images Nature Chambray » vous présente les oiseaux les plus divers, qu’ils soient sédentaires ou tout simplement de passage, que les membres ont pu observer dans leur jardin. L’hiver est une période très propice pour observer ces « Plumes » s’affairer autour des mangeoires. Viendra ensuite la construction du nid et l’envol des petits vers de plus grands espaces.

Vernissage : vendredi 11 janvier – 18 h 30

Images Nature Chambray

 

 

 

 

error: Contenu protégé